Comment la coopérative a sauvé ma vie…professionnelle !

Une prise de conscience

J’ai occupé le même poste de secrétaire médicale pendant une vingtaine d’années. Le travail en lui-même me plaisait mais les nombreuses heures perdues dans les embouteillages, l’agressivité croissante des patients et leur irrespect de plus en plus manifeste…c’était trop. Je ne pouvais plus le supporter.

Il était indispensable pour mon bien-être général d’emprunter un nouveau chemin professionnel. Je devais envisager une nouvelle façon de travailler…

Mon employeur, compréhensif, a accepté ma demande de rupture conventionnelle puis je me suis inscrite à Pôle Emploi.

“Maintenant, que vais-je faire et surtout comment ? “

Un constat :

Les tâches administratives sont nombreuses et chronophages pour un grand nombre d’entreprises, quelle que soit leur taille.

Je pourrai leur apporter mon aide car j’ai les compétences et l’expérience pour cela.

D’accord, mais comment ? Là c’est déjà plus compliqué

Après des heures à surfer sur internet, j’ai étudié toutes les possibilités en comparant leurs avantages et inconvénients jusqu’à ce que je découvre les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) :

Un système centré sur le collectif, l’humain et l’entraide.

Cette structure permet de développer et tester son activité via un contrat CAPE. Je serai accompagnée dans la réalisation de mon projet ainsi que sur tous les plans comptable, juridique et fiscal tout en conservant mes allocations chômage. Sans risque donc. Cette notion est importante pour moi car elle pèse beaucoup dans chaque prise de décision : je ne suis pas une aventurière ! Finalement, le seul risque est de retourner à la case salariat en cas d’échec. Bon, ce ne serait pas si grave hein ?

J’ai trouvé !

En approfondissant mes recherches, je “tombe” sur un article de “La Dépêche” du 17 juillet 2016 qui met en avant une coopérative au nom évocateur : “Impuls’ions”

Elle est implantée à deux pas de chez moi, au Fousseret : quelle aubaine ! pour moi c’est un signe…

Alors, ni une ni deux je contacte le président, Jérôme Rousse. Très rapidement nous convenons d’un rendez-vous. Lorsque nous nous rencontrons je suis rapidement en confiance, conquise et effectivement je n’ai pas grand chose à perdre : c’est décidé, je me lance !

Le bilan…

Deux ans après avoir signé mon contrat CAPE : j’ai rencontré beaucoup de personnes de divers horizons, j’ai appris énormément sur moi et sur les autres aussi. J’ai acquis des compétences professionnelles, relationnelles et je me suis épanouie dans ma propre activité dont je vais pouvoir vivre. Je suis fière du chemin parcouru.

J’ai osé et ça a marché !

Prochainement, je deviendrai entrepreneure salariée. Je pourrai ainsi participer encore plus au développement de la coopérative et lui rendre ce qu’elle m’a apporté : logique retour d’ascenseur.

Avec la crise sanitaire que nous traversons, la notion de collectif a pris tout son sens. Nous nous sommes encore plus rapprochés – paradoxalement – grâce aux visio-conférences et avons consolidé le lien qui nous unit au sein de la coopérative. De quoi me conforter dans mon choix :

: c’était parfait pour moi !

Retrouvez mes prestations dans ma fiche d’entrepreneur en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Delphine Sutra